LE MÉTIER DU CHARGÉ D’AFFAIRES

Développeur commercial BtoB

Le Parcours de Mélanie

« Mélanie est arrivée dans l’aventure en mars 2010 en tant que chargée de recrutement. Très rapidement, Mélanie a su relever le challenge de lancer la filière tertiaire pour l’une de nos filiales Inpole.

En découvrant le métier de chargée d’affaires, Mélanie a appris à manager en étant épaulée par un chargé de recrutement. Mélanie en devenant chargée d’affaires sénior a su mettre au service des entreprises de notre territoire ses qualités d’écoute, de conseils et de pédagogie naturelles. Après 4 années sur le poste de chargée d’affaires, Mélanie est devenue notre toute nouvelle directrice commerciale pour l’ensemble des filiales du groupe Inmares.

Une belle évolution à l’image de ce que permet le groupe Inmares à l’ensemble de ses salariés. »

Jessica Couillard, assistante RH

1 – Après quelques années sur le poste de chargée de recrutement, vous avez récemment évolué en tant que chargée d’affaires. Quelles sont les principales différences entre ces deux postes ?

« En premier lieu, ce poste est intégralement tourné vers le client ou le prospect ; il ne s’agit plus de répondre à un besoin adHoc (avec plus ou moins d’urgence en ce qui concerne l’intérim) mais à bien comprendre le fonctionnement du client et chercher à savoir comment on peut l’accompagner sur le long terme. Ma nouvelle mission est de créer un partenariat durable.

Ensuite, la grande différence entre les deux métiers est qu’ici, on ne parle plus seulement d’intérim mais d’offre globale RH. On doit apprendre à proposer une palette de services RH divers et par la même à faire connaître à nos interlocuteur qui ne le sauraient pas encore qu’InPole ne s’arrête pas à l’intérim.

Puis, vient la dimension « représentation » d’InPole vis-à-vis de l’extérieur ; nous représentons l’image de l’entreprise lors de manifestations, soirées de partenariat…C’est une belle responsabilité et une belle marque de confiance.

Enfin, une autre différence caractérise ce nouveau poste ; ici, nous ne sommes plus l’interlocuteur de l’intérimaire, ni au téléphone, ni en face à face, uniquement, ponctuellement en visite de poste ou de chantier. Les liens qu’on a pu créer avec nos intérimaires restent pour certains mais nous laissons la main aux chargés de recrutement et du coup l’administratif (enregistrement dossier, contrat, VM) également.« 

2 – L’une de vos missions en tant que chargée d’affaires est le développement et la fidélisation de votre portefeuille clients travail temporaire (TT). En quoi cela consiste-t-il ?

« Tout d’abord, les rencontrer tous, présenter pour les principaux ma remplaçante afin d’assurer le relais et marquer par là-même mon évolution sur ce nouveau poste. C’est une démarche très importante car cela permet de rassurer le client, l’équipe est toujours présente à son service, et c’est un prétexte pour amorcer l’ouverture de mon discours sur les autres métiers que l’intérim. J’en profite pour faire le point sur nos parts de marchés et recueillir des informations (leur OPCA par exemple, leur goût pour tel événement (foot/basket, voile…), s’ils sont sur des réseaux et lesquels…)

Ensuite, bien sûr détecter des opportunités de services RH à leur apporter.

Enfin, en ce qui concerne le développement, je dois relancer tous les clients inactifs ; savoir pourquoi ils ne travaillent plus avec nous et tout actionner, tout mettre en œuvre pour qu’on reprennent avec eux. Je m’appuie également des chargées de recrutement qui grâce à leur placement actif peuvent réactiver des clients inactifs. Et bien sûr vient la partie prospection (téléphonique et physique) qui fait partie intégrante du poste pour la conquête de nouveaux partenaires !« 

3 – Vous, la spécialiste du travail temporaire, comment définiriez-vous le marché de l’emploi aujourd’hui ? 

« Le marché de l’emploi va mieux sur ce 2ème semestre, mais nos clients ont peu de visibilité et sont peu confiants dans l’avenir (aides étatiques, changements de politique…) donc le recours à l’intérim reste encore important. Certains de nos clients intérim ont fait le calcul intérim/embauche, et nous ont déjà embauchés des intérimaires.« 

 4 – Comment décrieriez-vous une journée type ?

« Arrivée au bureau (si pas de rdv programmé) avec une rapide lecture des emails, puis débrief avec l’équipe ; point sur les contrats, les difficultés rencontrées avec tel ou tel client, énoncé de ma semaine pour les informer des clients que je vais voir. Ensuite, pige pour connaître les infos du secteur, appel / relance clients / prise de rdv. Puis sortie pour visites face-à-face clientèle ; poste ou visite clients-prospects. Retour fin de journée à l’agence pour saisir les actions menées ou à mener avec un point avec l’équipe si besoin ! C’est rempli, non ?« 

5 – A votre avis, quels traits de votre personnalité conviennent le plus à votre métier ?

« Je suis une personne positive, ouverte et dynamique. J’aime le challenge, gagner ! De plus, je prends mon métier très au sérieux, je suis fière de représenter InPole. Je suis curieuse et j’aime trouver une solution rapidement à un problème rencontré. Du coup, je m’y attelle et ne lâche pas.« 

1 – Depuis que vous exercez ce métier, est-ce que les missions du chargé d’affaires ont évoluées ?

« Oui, en effet ! En 4 ans mon poste a évolué et mon quotidien avec.

Dans un premier temps, je me suis consacrée essentiellement au travail temporaire, permettant ainsi d’assurer rapidement la rentabilité de l’agence, et suffisamment de production pour les chargés de recrutement.

Quand l’agence s’est fait sa place sur la partie Travail Temporaire, j’ai décidé naturellement de relever un nouveau défi et donc de développer nos solutions RH, chez de nouveaux prospects, mais aussi chez mes clients actuels.

Aujourd’hui, mon poste est plus axé sur du management de projet, je travaille en partenariat avec les services RH des entreprises et tente de leur apporter des solutions adéquates (interim, formation , recrutement, outplacement..)

Cette évolution de poste, permet de mettre en exergue toute la valeur ajoutée de nos services auprès des entreprises, et c’est tout l’enjeu du chargé d’affaires.« 

2 – Quels intérêts trouvez-vous dans cette offre de service qu’est la formation ?

« Aujourd’hui plus qu’hier les entreprises ont compris que la formation était un moyen d’investir sur leur capital humain.

Les sollicitations que nous avons de la part des entreprises sont très diverses.

D’ailleurs lorsque je détecte un besoin en formation, et qu’il y a une spécificité, je reviens chez mon client accompagnée d’un consultant formateur afin de co-construire ensemble le programme de formation.

Pas de formation type, que du sur-mesure (ingénierie de formation) et c’est d’ailleurs ce qui fait notre force aujourd’hui.

Aussi,  la mise en place d’actions de formation sont parfois des moyens efficaces de préconisations à mettre en place, et nécessitant une nouvelle fois des perfectionnements, des formations,

C’est un vrai cercle vertueux. »

3 – Quels types de formations proposez-vous ? Et pour quels types de structures ? 

« Nous accompagnons les entreprises et leurs salariés sur des formations liées au management, à la prise de poste, à la mobilité professionnelle.

Nous n’avons aucune limite tant sur la thématique que sur les structures. Des demandes récurrentes portent sur le management de proximité par exemple, ou bien sur la gestion du temps, du stress.

Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises vivent des mutations, des rachats, des fusions et prennent conscience de l’enjeu d’être accompagnées pendant ce changement : nous faisons donc intervenir des consultants sur des thématiques, comme la conduite de changement, la gestion de projets…

Nous assurons des formations, dans le domaine agro-alimentaire, dans l’industrie, la cosmétique… »

 4 – Concrètement, comment mettez-vous en place ce type de prestation ?

« L’entreprise me contacte soit, parce qu’elle a déjà identifié une problématique ou un axe d’amélioration.

Parfois aussi, le besoin se détecte lors d’une visite de site, après échange avec des salariés, ou avec le responsable des Ressources Humaines.

Une fois le besoin identifié, je reviens en rendez-vous avec le consultant qui  travaille en étroite collaboration avec le responsable des Ressources Humaines et/ou le chef de service.

Mon rôle en tant que chargé d’affaires est d’assurer le lien entre les deux acteurs (consultant et entreprise) et de s’assurer de la bonne mise en œuvre de ce projet.

Je reste l’interlocuteur privilégié de l’entreprise, et assure le management de projet autour de cela. »

5 – Quelle est la dernière formation que vous avez proposez et mise en place ?

« Il s’agit d’une action de médiation entre deux collaborateurs.

Nous intervenons dans une grande industrie, l’objectif étant de permettre aux deux collaborateurs d’apprendre à travailler ensemble, mieux se connaitre pour mieux comprendre l’autre. »

1 – Depuis combien de temps êtes-vous chargé d’affaire chez InPole ? Quel sont brièvement les étapes de votre parcours ?

« Je suis entré chez InPole en 2011 en tant que stagiaire au pôle tertiaire. Ensuite contrat pro via la formation « Consultant recrutement » à l’ESMAE en tant que chargé de recrutement au pôle tertiaire de Lorient. Embauche en CDI sur ce poste.

Depuis janvier 2015, je suis chargé d’affaires au pôle tertiaire de Lorient et Quimperlé. »

2 – Quelle est la partie de votre travail pour laquelle vous vibrez le plus ? Pourquoi ?

« Dans mon poste, ce que j’apprécie le plus c’est la relation B2B, la relation client.

Notre mission consiste à développer et fidéliser notre portefeuille clients. J’adore ! La prospection et l’ouverture de clients est quelque chose de palpitant. Ensuite, via notre proximité et notre positionnement en tant que « partenaire » nous avons le privilège de construire une relation enrichissante. Les échanges sont approfondis.

En fonction de l’avancée des dossiers, notre positionnement diffère. Nous devons à la fois être convaincants, à l’écoute, conseillés ; nous devons aimer convaincre et persuader aussi. Le client nous appelle, à nous de lui proposer la solution répondant à son besoin. Tout au long des processus, nous sommes là pour l’accompagner.

 Nos services contribuent à la réussite de nos clients. »

3 – Qui dit relation commerciale, dit négociation commerciale, que cela vous évoque-t-il ? 

« La négociation commerciale ?! C’est notre quotidien !

Il s’agit du temps fort dans l’entretien de vente. La négociation commerciale n’est pas qu’une question de prix, c’est également une question de relationnel. Négocier, c’est s’entendre sur les différentes conditions de la vente.
L’entreprise souhaite obtenir les conditions qu’elle estime les plus avantageuses pour elle. L’objectif est de trouver l’accord « gagnant-gagnant » avec le client. Dans certain cas et en fonction des secteurs d’activité, la négociation dure plus ou moins longtemps. Une fois que la vente a aboutie, c’est une satisfaction ! »

 4 – Comment se passent les relations entre chargés d’affaire ? Est-ce un milieu compétitif ?

« En interne : Très bien ! L’équipe est soudée et les échanges sont quotidiens.

En externe : Les relations sont bonnes malgré un milieu très compétitif et notamment dans le domaine de l’intérim. Le secteur est concurrentiel et les entreprises sont très sollicitées.

Ainsi, il faut être très présent auprès des entreprises et proposer régulièrement de l’innovation dans nos services. La proximité est primordiale afin de répondre aux demandes en étant réactif.  « 

5 – Quels sont les avantages à travailler au sein de votre agence InPole par rapport aux autres ?

« Notre force est de pouvoir accompagner les entreprises sur l’ensemble du volet RH via les services d’Inter Pôle mais également des autres structures d’Inmares RH (Espace Cadre, Umani, Opalink). En interne et depuis plus de 10 ans, nous avons des experts expérimentés et spécialisés dans les différents domaines (intérim, recrutement, formation, outplacement…). »

1 – Florence, vous avez connu différents postes au sein d’InPole. Quelle sont les particularités de celui du chargé d’affaires ?

« Le métier de chargé d’affaires est un métier d’ambassadeur. On devient l’interlocuteur privilégié auprès de nos clients. Le client nous fait confiance, et nous implique dans son organisation, dans sa stratégie de développement, et dans l’accompagnement de ses collaborateurs.

Etre chargé d’affaires implique un sens de l’organisation, le gout du terrain, du challenge, un tempérament de développeur et avoir un très bon relationnel. »

2 – Vous avez une mission clé dans votre quotidien : celui de recruter ! C’est un lien important que vous avez entre l’entreprise et vos candidats. Quelle satisfaction en retirez-vous ?

« Le recrutement d’un futur collaborateur est un véritable enjeu pour une entreprise. En tant que manager de projets, notre rôle est de conseiller notre client sur la manière de recruter, la difficulté ou non du profil recherché, et du budget que l’entreprise y consacre. Et en fonction de ces éléments, je m’accompagne d’un expert en interne qui prend en charge le recrutement du futur collaborateur. »

3 – Quels types de recrutement gérez-vous ? 

« Dans mon quotidien, je gère tout type de recrutement, du profil ouvrier au profils hautes compétences. »

 4 – En quoi un recrutement peut ’il avoir un impact dans votre relation commerciale avec vos clients ?

« Encore une fois, le recrutement d’un futur collaborateur représente un enjeu. Le collaborateur que nous avons recruté peut devenir demain notre prochain interlocuteur RH, et un prescripteur.

Nous y sommes très sensibles et portons une attention toute particulière aux relations que nous avons avec chacun d’eux. »

5 – Quelles astuces confieriez-vous à des candidats qui faciliteraient leur embauche ? (pour un chargé d’affaires)

« Je dirais que le chargé d’affaires est un homme de terrain, qui s’implique au quotidien dans le développement de son portefeuille.

Il joue un rôle important auprès des acteurs de son territoire et il possède un vrai tempérament commercial. »

Envie de nous rejoindre ?

NOUS RECRUTONS !

NANTES : :  FOUGÈRES : : TRIGNAC

 

POSTULER

1 – Après quelques années sur le poste de chargée de recrutement, vous avez récemment évolué en tant que chargée d’affaires. Quelles sont les principales différences entre ces deux postes ?

« En premier lieu, ce poste est intégralement tourné vers le client ou le prospect ; il ne s’agit plus de répondre à un besoin adHoc (avec plus ou moins d’urgence en ce qui concerne l’intérim) mais à bien comprendre le fonctionnement du client et chercher à savoir comment on peut l’accompagner sur le long terme. Ma nouvelle mission est de créer un partenariat durable.

Ensuite, la grande différence entre les deux métiers est qu’ici, on ne parle plus seulement d’intérim mais d’offre globale RH. On doit apprendre à proposer une palette de services RH divers et par la même à faire connaître à nos interlocuteur qui ne le sauraient pas encore qu’InPole ne s’arrête pas à l’intérim.

Puis, vient la dimension « représentation » d’InPole vis-à-vis de l’extérieur ; nous représentons l’image de l’entreprise lors de manifestations, soirées de partenariat…C’est une belle responsabilité et une belle marque de confiance.

Enfin, une autre différence caractérise ce nouveau poste ; ici, nous ne sommes plus l’interlocuteur de l’intérimaire, ni au téléphone, ni en face à face, uniquement, ponctuellement en visite de poste ou de chantier. Les liens qu’on a pu créer avec nos intérimaires restent pour certains mais nous laissons la main aux chargés de recrutement et du coup l’administratif (enregistrement dossier, contrat, VM) également.« 

 

2 – L’une de vos missions en tant que chargée d’affaires est le développement et la fidélisation de votre portefeuille clients travail temporaire (TT). En quoi cela consiste-t-il ?

« Tout d’abord, les rencontrer tous, présenter pour les principaux ma remplaçante afin d’assurer le relais et marquer par là-même mon évolution sur ce nouveau poste. C’est une démarche très importante car cela permet de rassurer le client, l’équipe est toujours présente à son service, et c’est un prétexte pour amorcer l’ouverture de mon discours sur les autres métiers que l’intérim. J’en profite pour faire le point sur nos parts de marchés et recueillir des informations (leur OPCA par exemple, leur goût pour tel événement (foot/basket, voile…), s’ils sont sur des réseaux et lesquels…)

Ensuite, bien sûr détecter des opportunités de services RH à leur apporter.

Enfin, en ce qui concerne le développement, je dois relancer tous les clients inactifs ; savoir pourquoi ils ne travaillent plus avec nous et tout actionner, tout mettre en œuvre pour qu’on reprennent avec eux. Je m’appuie également des chargées de recrutement qui grâce à leur placement actif peuvent réactiver des clients inactifs. Et bien sûr vient la partie prospection (téléphonique et physique) qui fait partie intégrante du poste pour la conquête de nouveaux partenaires !« 

 

3 – Vous, la spécialiste du travail temporaire, comment définiriez-vous le marché de l’emploi aujourd’hui ? 

« Le marché de l’emploi va mieux sur ce 2ème semestre, mais nos clients ont peu de visibilité et sont peu confiants dans l’avenir (aides étatiques, changements de politique…) donc le recours à l’intérim reste encore important. Certains de nos clients intérim ont fait le calcul intérim/embauche, et nous ont déjà embauchés des intérimaires.« 

 

 4 – Comment décrieriez-vous une journée type ?

« Arrivée au bureau (si pas de rdv programmé) avec une rapide lecture des emails, puis débrief avec l’équipe ; point sur les contrats, les difficultés rencontrées avec tel ou tel client, énoncé de ma semaine pour les informer des clients que je vais voir. Ensuite, pige pour connaître les infos du secteur, appel / relance clients / prise de rdv. Puis sortie pour visites face-à-face clientèle ; poste ou visite clients-prospects. Retour fin de journée à l’agence pour saisir les actions menées ou à mener avec un point avec l’équipe si besoin ! C’est rempli, non ?« 

 

5 – A votre avis, quels traits de votre personnalité conviennent le plus à votre métier ?

« Je suis une personne positive, ouverte et dynamique. J’aime le challenge, gagner ! De plus, je prends mon métier très au sérieux, je suis fière de représenter InPole. Je suis curieuse et j’aime trouver une solution rapidement à un problème rencontré. Du coup, je m’y attelle et ne lâche pas.« 

1 – Depuis que vous exercez ce métier, est-ce que les missions du chargé d’affaires ont évoluées ?

« Oui, en effet ! En 4 ans mon poste a évolué et mon quotidien avec.

Dans un premier temps, je me suis consacrée essentiellement au travail temporaire, permettant ainsi d’assurer rapidement la rentabilité de l’agence, et suffisamment de production pour les chargés de recrutement.

Quand l’agence s’est fait sa place sur la partie Travail Temporaire, j’ai décidé naturellement de relever un nouveau défi et donc de développer nos solutions RH, chez de nouveaux prospects, mais aussi chez mes clients actuels.

Aujourd’hui, mon poste est plus axé sur du management de projet, je travaille en partenariat avec les services RH des entreprises et tente de leur apporter des solutions adéquates (interim, formation , recrutement, outplacement..)

Cette évolution de poste, permet de mettre en exergue toute la valeur ajoutée de nos services auprès des entreprises, et c’est tout l’enjeu du chargé d’affaires.« 

 

2 – Quels intérêts trouvez-vous dans cette offre de service qu’est la formation ?

« Aujourd’hui plus qu’hier les entreprises ont compris que la formation était un moyen d’investir sur leur capital humain.

Les sollicitations que nous avons de la part des entreprises sont très diverses.

D’ailleurs lorsque je détecte un besoin en formation, et qu’il y a une spécificité, je reviens chez mon client accompagnée d’un consultant formateur afin de co-construire ensemble le programme de formation.

Pas de formation type, que du sur-mesure (ingénierie de formation) et c’est d’ailleurs ce qui fait notre force aujourd’hui.

Aussi,  la mise en place d’actions de formation sont parfois des moyens efficaces de préconisations à mettre en place, et nécessitant une nouvelle fois des perfectionnements, des formations,

C’est un vrai cercle vertueux. »

 

3 – Quels types de formations proposez-vous ? Et pour quels types de structures ? 

« Nous accompagnons les entreprises et leurs salariés sur des formations liées au management, à la prise de poste, à la mobilité professionnelle.

Nous n’avons aucune limite tant sur la thématique que sur les structures. Des demandes récurrentes portent sur le management de proximité par exemple, ou bien sur la gestion du temps, du stress.

Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises vivent des mutations, des rachats, des fusions et prennent conscience de l’enjeu d’être accompagnées pendant ce changement : nous faisons donc intervenir des consultants sur des thématiques, comme la conduite de changement, la gestion de projets…

Nous assurons des formations, dans le domaine agro-alimentaire, dans l’industrie, la cosmétique… »

 

 4 – Concrètement, comment mettez-vous en place ce type de prestation ?

« L’entreprise me contacte soit, parce qu’elle a déjà identifié une problématique ou un axe d’amélioration.

Parfois aussi, le besoin se détecte lors d’une visite de site, après échange avec des salariés, ou avec le responsable des Ressources Humaines.

Une fois le besoin identifié, je reviens en rendez-vous avec le consultant qui  travaille en étroite collaboration avec le responsable des Ressources Humaines et/ou le chef de service.

Mon rôle en tant que chargé d’affaires est d’assurer le lien entre les deux acteurs (consultant et entreprise) et de s’assurer de la bonne mise en œuvre de ce projet.

Je reste l’interlocuteur privilégié de l’entreprise, et assure le management de projet autour de cela. »

 

5 – Quelle est la dernière formation que vous avez proposez et mise en place ?

« Il s’agit d’une action de médiation entre deux collaborateurs.

Nous intervenons dans une grande industrie, l’objectif étant de permettre aux deux collaborateurs d’apprendre à travailler ensemble, mieux se connaitre pour mieux comprendre l’autre. »

1 – Depuis combien de temps êtes-vous chargé d’affaire chez InPole ? Quel sont brièvement les étapes de votre parcours ?

« Je suis entré chez InPole en 2011 en tant que stagiaire au pôle tertiaire. Ensuite contrat pro via la formation « Consultant recrutement » à l’ESMAE en tant que chargé de recrutement au pôle tertiaire de Lorient. Embauche en CDI sur ce poste.

Depuis janvier 2015, je suis chargé d’affaires au pôle tertiaire de Lorient et Quimperlé. »

 

2 – Quelle est la partie de votre travail pour laquelle vous vibrez le plus ? Pourquoi ?

« Dans mon poste, ce que j’apprécie le plus c’est la relation B2B, la relation client.

Notre mission consiste à développer et fidéliser notre portefeuille clients. J’adore ! La prospection et l’ouverture de clients est quelque chose de palpitant. Ensuite, via notre proximité et notre positionnement en tant que « partenaire » nous avons le privilège de construire une relation enrichissante. Les échanges sont approfondis.

En fonction de l’avancée des dossiers, notre positionnement diffère. Nous devons à la fois être convaincants, à l’écoute, conseillés ; nous devons aimer convaincre et persuader aussi. Le client nous appelle, à nous de lui proposer la solution répondant à son besoin. Tout au long des processus, nous sommes là pour l’accompagner.

 Nos services contribuent à la réussite de nos clients. »

 

3 – Qui dit relation commerciale, dit négociation commerciale, que cela vous évoque-t-il ? 

« La négociation commerciale ?! C’est notre quotidien !

Il s’agit du temps fort dans l’entretien de vente. La négociation commerciale n’est pas qu’une question de prix, c’est également une question de relationnel. Négocier, c’est s’entendre sur les différentes conditions de la vente.
L’entreprise souhaite obtenir les conditions qu’elle estime les plus avantageuses pour elle. L’objectif est de trouver l’accord « gagnant-gagnant » avec le client. Dans certain cas et en fonction des secteurs d’activité, la négociation dure plus ou moins longtemps. Une fois que la vente a aboutie, c’est une satisfaction ! »

 

 4 – Comment se passent les relations entre chargés d’affaire ? Est-ce un milieu compétitif ?

« En interne : Très bien ! L’équipe est soudée et les échanges sont quotidiens.

En externe : Les relations sont bonnes malgré un milieu très compétitif et notamment dans le domaine de l’intérim. Le secteur est concurrentiel et les entreprises sont très sollicitées.

Ainsi, il faut être très présent auprès des entreprises et proposer régulièrement de l’innovation dans nos services. La proximité est primordiale afin de répondre aux demandes en étant réactif.  « 

 

5 – Quels sont les avantages à travailler au sein de votre agence InPole par rapport aux autres ?

« Notre force est de pouvoir accompagner les entreprises sur l’ensemble du volet RH via les services d’Inter Pôle mais également des autres structures d’Inmares RH (Espace Cadre, Umani, Opalink). En interne et depuis plus de 10 ans, nous avons des experts expérimentés et spécialisés dans les différents domaines (intérim, recrutement, formation, outplacement…). »

1 – Florence, vous avez connu différents postes au sein d’InPole. Quelle sont les particularités de celui du chargé d’affaires ?

« Le métier de chargé d’affaires est un métier d’ambassadeur. On devient l’interlocuteur privilégié auprès de nos clients. Le client nous fait confiance, et nous implique dans son organisation, dans sa stratégie de développement, et dans l’accompagnement de ses collaborateurs.

Etre chargé d’affaires implique un sens de l’organisation, le gout du terrain, du challenge, un tempérament de développeur et avoir un très bon relationnel. »

 

2 – Vous avez une mission clé dans votre quotidien : celui de recruter ! C’est un lien important que vous avez entre l’entreprise et vos candidats. Quelle satisfaction en retirez-vous ?

« Le recrutement d’un futur collaborateur est un véritable enjeu pour une entreprise. En tant que manager de projets, notre rôle est de conseiller notre client sur la manière de recruter, la difficulté ou non du profil recherché, et du budget que l’entreprise y consacre. Et en fonction de ces éléments, je m’accompagne d’un expert en interne qui prend en charge le recrutement du futur collaborateur. »

 

3 – Quels types de recrutement gérez-vous ? 

« Dans mon quotidien, je gère tout type de recrutement, du profil ouvrier au profils hautes compétences. »

 

 4 – En quoi un recrutement peut ’il avoir un impact dans votre relation commerciale avec vos clients ?

« Encore une fois, le recrutement d’un futur collaborateur représente un enjeu. Le collaborateur que nous avons recruté peut devenir demain notre prochain interlocuteur RH, et un prescripteur.

Nous y sommes très sensibles et portons une attention toute particulière aux relations que nous avons avec chacun d’eux. »

 

5 – Quelles astuces confieriez-vous à des candidats qui faciliteraient leur embauche ? (pour un chargé d’affaires)

« Je dirais que le chargé d’affaires est un homme de terrain, qui s’implique au quotidien dans le développement de son portefeuille.

Il joue un rôle important auprès des acteurs de son territoire et il possède un vrai tempérament commercial. »